La NASA va confier à Northrop Grumman le module d’habitation Gateway

la-nasa-fournira-a-northrop-grumman-le-module-gateway-sur-l'habitation

La NASA a discrètement décidé de confier à Northrop Grumman le contrat de construction d’un module «minimal» d’habitation pour son Gateway lunaire, après avoir été considérée comme la seule entreprise capable de respecter le calendrier de la NASA.

L’agence a pris cette décision dans un document discret intitulé «Justification de la concurrence autre que complète et ouverte» publié fin 19 juillet sur un site Web consacré aux marchés publics. Un avis spécial du 30 mai annonçant que la NASA avait l’intention d’utiliser Exploration Partnerships 2 (NextSTEP-2) pour l’acquisition du module d’habitation.

En vertu de l’annexe A de NextSTEP-2, la NASA a attribué des prix en août 2016 pour étudier les concepts de modules d’habitation à six sociétés: Bigelow Aerospace, Boeing, Lockheed Martin, NanoRacks, Orbital ATK (maintenant Northrop Grumman Innovation Systems ou NGIS) et Sierra Nevada Corporation. Pour tous sauf NanoRacks, ces travaux ont impliqué le développement de prototypes terrestres suivis de tests, qui ont eu lieu plus tôt cette année dans des centres de la NASA ou des installations de l’entreprise.

Dans son rapport du 30 mai, la NASA a déclaré que, dans «l’intérêt de l’horaire, de l’économie et de l’efficacité», elle achèterait un ou plusieurs modules d’habitation nécessaires à la passerelle pour faire suite à l’annexe A de NextSTEP-2. t spécifier le processus par lequel il sélectionnerait la ou les sociétés pour construire ces modules, au-delà de l’utilisation de justifications pour une concurrence autre que totale et ouverte. Il a permis aux autres entreprises de soumettre des informations sur leurs capacités avant le 13 juin, mais selon l’agence, aucune ne l’a fait.

Dans sa justification du 19 juillet, la NASA déclarait que Northrop Grumman était la seule société à pouvoir fournir un « module d’habitat minimal » dans le calendrier souhaité par l’agence. « NGIS était le seul contractant NextSTEP-2 doté d’une conception de module et de moyens de production et d’outillage capables de respecter l’échéance de 2024 », indique le document.

La NASA est parvenue à cette conclusion, a-t-il déclaré, sur la base de trois facteurs. Le premier est que le module d’habitation proposé par Northrop est basé sur son vaisseau spatial cargo Cygnus, qui est en production active. La seconde était que la société avait suffisamment avancé sur les principaux changements à apporter au Cygnus pour qu’il puisse être utilisé comme module d’habitation, notamment l’ajout d’orifices d’amarrage radiaux et de radiateurs montés sur la carrosserie. Enfin, la petite taille du module lui permet d’être lancé sur des lanceurs commerciaux dotés de carénages de charge utile.

La NASA a exclu un concours complet et ouvert, ou un concours limité aux sociétés NextSTEP-2, en raison de contraintes de calendrier. Pour être disponible pour soutenir la mission Artemis 3 en 2024, qui sera la première mission avec équipage à la passerelle, ainsi que la mission qui tentera le premier atterrissage en équipage sur la lune depuis Apollo, le module doit être en place à la passerelle. au début de 2024, et donc au plus tard à la fin de 2023. Le module devait donc être terminé et livré au Centre spatial Kennedy pour un traitement de lancement au milieu de 2023.

La NASA a déclaré qu’une compétition ouverte et complète pour le module d’habitation créerait «des retards inacceptables» de 12 à 18 mois, tandis que limiter la concurrence aux seules sociétés NextSTEP-2 créerait encore un retard pouvant aller jusqu’à six mois. L’agence a également déclaré que le fait d’atteindre une «maturité de conception suffisante» une fois le module sélectionné dans ces concours ajouterait de six à douze mois supplémentaires. «Le fait de précipiter les processus de conception et de développement pour respecter le calendrier introduit un risque inacceptable que le module résultant ne réponde pas aux exigences minimales en matière d’habitation des astronautes requises pour soutenir la mission d’atterrissage lunaire de 20 h 24», a conclu l’agence.

Le document de justification n’est pas en soi un contrat pour le module. Northrop Grumman devra soumettre à la NASA une proposition que l’agence examinera «pour vérifier que le prix global est juste et raisonnable». Si la NASA estime que tel est le cas, elle fournira un contrat avec une période de base de cinq ans pour: couvrent le développement du module et sa livraison à la passerelle, ainsi que deux options d’un an pour l’extraction du module et la prise en charge de ses opérations.

Le document de justification comprenait une estimation de la valeur totale du module, mais la valeur monétaire spécifiée a été expurgée. Northrop a déjà reçu 18 millions de dollars dans le cadre de la subvention NextSTEP-2, tandis que la NASA a versé 87 millions de dollars à toutes les entreprises impliquées, ainsi que des dépenses «significatives» liées à l’utilisation d’installations et d’équipements gouvernementaux à l’appui de ces travaux.

Le document fournissait peu de détails sur la conception du module spécifique de Northrop, mis à part le module Cygnus. Dans le cadre de son prix NextSTEP-2, la société a développé deux prototypes de modules d’habitation: l’un de sept mètres de long et de 4,4 mètres de diamètre, l’autre de six mètres de long et de trois mètres de diamètre.

Cette dernière version est dérivée de la sonde spatiale Cygnus et est probablement celle mentionnée dans le document. Mike Fuller, de Northrop Grumman, a évoqué les prototypes de deux modules, qui ont ensuite été testés au Johnson Space Center lors d’une table ronde tenue au sommet Humans to Mars au mois de mai. Les deux maquettes, a-t-il déclaré, étaient destinées à « donner à la NASA une idée des contraintes de volume pour les différentes tailles ».

« Si vous voulez vraiment devenir minimaliste », a-t-il ajouté, « un récipient sous pression de trois mètres nous serait relativement facile à produire sur la chaîne de production actuelle ».


 » Source (traduit de l’anglais) : Spacenews

error: Content is protected !!